logo Saint-Bernard
Flux RSS
Frères de la charité

Historique :

  • Pendant de longues années, les Frères de la Charité se sont destinés aux soins des malades psychiatriques à l'Asile Saint Charles à Froidmont-lez-Tournai. Cet établissement étant devenu trop vétuste, la Congrégation décida de le fermer et de le remplacer par un nouvel institut.
  • A cette époque, l'Institut de la Sainte Famille à Manage (Ecole Professionnelle pour arriérés mentaux) venait de fermer ses portes.
  • C'est ainsi qu'en septembre 1938 le Centre Psychiatrique Saint Bernard ouvre ses portes à ces 260 malades venant de Froidmont.
  • Arrêté par la guerre 1940 - 1944, l'évolution de l'établissement reprit à partir de 1946. Le parachèvement complet des locaux et la construction de nouvelles bâtisses ne datent que de 1950.
  • La découverte en 1954 des premiers médicaments psychotropes, l'émergence dans les années 1960 de l'antipsychiatrie et de la psychiatrie sociale, l'apparition de nouvelles thérapies telles que la thérapie par le mouvement, la thérapie occupationnelle et créative, la thérapie de groupe et la psychothérapie individuelle, allaient progressivement transformer l'institution psychiatrique :
  • Si en 1964 l'établissement atteint une capacité d'accueil de 750 malades mentaux, tous sous statut de collocation (loi de 1850-1873 sur le régime des aliénés), dès les années 1970 le nombre de patients diminuera de manière continue
  • Service ouvert

  • Rompant très tardivement avec la pratique de n'accueillir que des patients exclusivement sous statut de collocation, fut créé en 1973 le premier service ouvert de 49 lits. Depuis la nouvelle législation sur la protection de la personne (loi du 26 juin 1990), remplaçant la loi sur la collocation, les patients privés de leur liberté ne constituent qu'un quart de la population présente à l'hôpital.
  • En 1976 furent érigés un hall omnisports et un centre de revalidation fonctionnelle. Tandis que d'anciennes unités de soins étaient reconditionnées pour se conformer aux nouvelles normes d'agrément (services A et T), y fut développé le projet de construction de 120 lits nouveaux (la Clinique Clairval), qui devenait opérationnel dès le début des années 1990, et permet dès lors l'admission de patients des deux sexes.
  • Reconversion

  • Dès 1990, une reconversion globale amène le Centre Psychiatrique à définir un plan de restructuration. Les activités du Centre Psychiatrique se développent toutes désormais dans une politique de secteur psychiatrique à l'élaboration duquel il participe activement.


    L'offre de soins psychiatriques se différenciera comme suit:


    En HOSPITALISATION

    * 90 lits A

    * 164 lits T

    * 21 lits Sp de psychogériatrie

  • Deux unités A de 30 lits accueillent pour des séjours de courte durée, en régime ouvert, des patients des deux sexes souffrant de dépression, névrose, maladie psychosomatique, alcoolisme, toxicomanie (sevrage).Une unité A, d'observation, accueille des patients sous le régime de la protection de la personne.Les unités T sont destinées aux personnes des deux sexes dont l'état neuro-psychique requiert une hospitalisation de plus longue durée.La psychogériatrie y est développée dans le cadre d'une remise en condition en collaboration avec l'environnement socio-familial. L'hospitalisation y est de courte ou de moyenne durée.